Niksen : l’art de ralentir sans culpabiliser

 

Par Zeineb Khalfallah

Conseillère aux communications digitales chez Groupe Entreprises en Santé

 

Êtes-vous souvent occupé-e ?

 

Aujourd’hui, il est plus facile d’avoir une longue to-do list que de prendre du temps pour soi… Être constamment occupé-e est (malheureusement) synonyme de réussite et cela pourrait même contribuer à affirmer son statut social.

Nous passons alors nos journées à essayer de trouver des formules afin d’optimiser notre temps. Notre course contre la montre est interminable et la charge mentale liée à nos diverses responsabilités ne fait que s’alourdir.

Mais courir constamment dans tous les sens nous permet-il réellement d’être plus productifs-ves et de compléter nos tâches dans le respect de nos limites ? Sans surprise, la réponse est NON !

D’ailleurs, le stress diminuerait notre performance et ce ne sont pas que les adeptes du slow work qui le disent, mais la science !

En effet, le professeur Éric Gosselin, spécialisé en psychologie du travail, a étudié les résultats de 52 études sur le thème du stress. 75 % de ces recherches concluent que lorsque ce dernier augmente, la performance baisse. Uniquement 10 % soulignent l’impact positif d’un léger stress sur la productivité.

Et si nous ralentissions pour mieux travailler ? Si vous ne connaissez pas encore le concept du « niksen », vous serez surpris-e d’apprendre que ne rien faire est un art et qu’il est essentiel à notre bien-être.

 

Niksen : quèsaco ?

 

« Niks » signifie en néerlandais « rien ». Niksen veut littéralement dire « ne rien faire ». Le concept a fait son entrée aux États-Unis et en Europe en 2019 et a attiré l’attention des défenseurs-euses du bien-être au travail pour ses nombreux bienfaits sur la santé mentale. En effet, dans une culture de travail où règne la surperformance, il peut sembler difficile de croire que se contenter de rêvasser, de regarder par la fenêtre ou de juste écouter de la musique pourrait améliorer la performance et la concentration.

 

Ne rien faire pour mieux faire

 

Dans une étude publiée dans Nature Neuroscience, des chercheurs-euses ont prouvé les bénéfices de la sieste sur la performance. Ils ont alors testé la performance de plusieurs sujets à 4 reprises durant la journée. Ces derniers-ères ont remarqué que les performances se sont détériorées au cours de la journée, et ce d’un test à un autre. Cependant, les sujets ayant fait une sieste de 30 minutes ont réussi à stopper la détérioration et ceux qui ont osé la sieste de 60 minutes ont complètement inversé la courbe et ont vu leur performance augmentée.

Ce cas est un bon exemple pour illustrer les avantages du niksen sur la performance. Puisque durant notre sommeil (la sieste), nous ne faisons rien à part respirer et rêver !

Dans une entrevue avec le New York Times, Sara Mednick, co-autrice de l’étude et professeure agrégée de psychologie à l’université de Californie, a souligné «Les siestes ont eu les mêmes effets bénéfiques que des nuits entières de sommeil, à condition qu’elles soient de qualité spécifique».

 

Ce n’est pas pour rien que les meilleures idées prennent naissance sous la douche…

 

Combien de fois avons-nous trouvé une solution simple à une problématique en prenant une pause, lors d’une marche ou sous la douche ?

Rêvasser, flâner ou s’adonner à des activités sans aucun objectif est tout un défi pour les workaholiques ou les anxieux-euses de la performance.

Et pourtant, selon des recherches, l’oisiveté contribuerait à améliorer la créativité. En effet, une étude menée par Université du Lancashire central stipule que lorsque nous n’avons rien à faire, nous laissons notre esprit s’évader, ce qui nous permettrait de générer des idées créatives.

Vous souhaitez pratiquer le Niksen pour prendre soin de votre santé mentale ? Voici quelques pistes pour faire vos premiers pas :

  • Prenez le temps de ne rien faire : Déterminez les moments où vous êtes le plus productif-ve et le plus créatif-ve et ceux durant lesquels vous êtes moins performant-e. Durant les moments de non-productivité, prenez une pause et pratiquez le niksen. Vous pouvez en profiter pour faire une sieste, vous promener ou simplement vous relaxer.
  • Résistez à la culture de la surperformance : Vous n’avez rien à faire ? Vous souhaitez relaxer durant vos journées de repos plutôt que faire des activités ? Vous traversez un moment creux dans votre entreprise ? Déculpabilisez et assumez que c’est normal et sain de ne rien faire.
  • Réaménagez votre espace de travail : Déterminez un espace réservé au repos et éliminez toute source de distraction. Il peut être difficile de se reposer devant son ordinateur de travail ou une pile de dossiers. Réservez un espace dédié à la relaxation et mettez-y des objets qui contribuent à votre plaisir et repos (des huiles essentielles, des plantes, un divan moelleux, etc.)

Nous espérons que ces données vous convaincront de ralentir afin de prendre soin de votre santé tant mentale que physique.

 

Cet article nous a été gracieusement offert par Groupe Entreprises en Santé.

Découvrez leur blogue : https://www.groupeentreprisesensante.com/fr/blogue >